Echouage sur le lac d'Hourtin

Publié le par Grassineau Benjamin

Les quais de Bordeaux (bis)

Hourtin est une grande étendue d'eau dans les landes. David (un autre david) a la chance d'avoir sur le lac un bateau pourave. D'ailleurs, au passage, les lacs des landes sont un formidable vivier de bateaux pouraves. Il a un 7 m bien sympathique qu'il a laissé sur un mouillage, sans payer naturellement. Ce qui fait qu'il retrouve parfois son bateau sur les berges du lac après des tempêtes sans être prévenu, naturellement. A chaque fois, David panique et appelle du monde en renfort pour le déséchouer. Ca fait des expéditions sympas. On pique-nique, on rève en regardant l'horizon du lac. Ca fait un peu comme les Tuamotu, mais en différent.

En tous les cas, il laisse son bateau à libre disposition, chacun pouvant en faire quand il en a envie, ce qui ma foi est bien dans le trip voile-pourave. C'est un bateau en libre-accès. Mais avec David, vous avez surtout l'âme de la voile pourave tranquille, sans stress, sans prise de tête technique ou autre. Il faut dire que c'est un ancien scout marin. Le genre éclaireur en plus sérieux. En plus, son bateau est une merveille de simplicité, bien destroy, mais pas trop. Il reste des voiles qui ne se déchirent pas au premier coup de vent. Et Hourtin est un lac formidable, totalement désert hors saison et exotique. On se croirait sous les tropiques. Il y a de grandes dunes de sable. Et en général, on est les seuls à naviguer sur le lac.

En été 2004 ou 2005, j'ai oublié la date exacte, on part à 4 ou 5 sur son bateau. Navigation paisible. Beau soleil. Mais hélas, pas de vent. Conclusion, le soir on reste bloqué, impossible d'avancer. Car le bateau de David n'a pas de moteur. Mais par chance, David, est un pro de la godille, et il réussit quand même à nous faire atteindre la berge du lac. Hélas, quand on l'atteint, la nuit est quasiment tombée.

Bon, pas de panique. On rentre à pied. On suit le chemin à moto construit par les allemands durant la seconde guerre mondiale. Du moins c'est ce qu'il paraît. Deux ou trois jours après, on est retourné chercher le bateau avec David. Bon. Une belle expédition.

Moralité. Quand vous sortez sur un lac. Ne prévoyez rien (hormis les coups de tempête, tout de même). Laissez-vous aller, la rive n'est pas loin. L'improvisation est la meilleure technique de navigation.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article